Assurance vie: devez-vous vraiment vous soucier de l'avenir du fonds en euros? – Achat immobilier assurance prêt

L'assurance vie est un fonds en euros grâce à son soutien financier. Le problème est que ses performances sont perdues. Faut-il craindre le pire? Pas si vite! La sécurité paiera à nouveau si le contrat est bon.

Le meilleur exemple d’assurance vie est la garantie des dépôts français. Concrètement, dans votre fonds en euros, presque tous les contrats offrent un soutien financier.

Sa particularité est de garantir à tout moment que le capital investi (qui a été déduit) lui permet de plonger de la même manière qu’une brochure d’épargne. Ainsi, selon l’association française des assurances, c’est le cadre idéal, qui pèse environ 1 400 milliards d’euros.

LIRE PLUS >>20 contrats d'assurance vie analysés et notés par les éditeurs

Mais le cadre qui trébuche sur la dure réalité est l’érosion qui inquiète pour ses performances. L'année 2016 a été lancée et est tombée à 50 cents pour la plupart des contrats. Les frais moyens étaient de 1,80%.

Pire encore, cet automne se poursuit. Dans un sondage publié en mai dernier, l’Autorité prudentielle et de résolution des conflits (ACPR) montre que, dans l’hypothèse où les portefeuilles des assurés réinvestissent dans des obligations comportant de nouvelles obligations ne donnant que peu ou rien, "La baisse des rendements des actifs au cours des dix prochaines années serait d'environ 20 points de base par an". Nous sommes tous prévenus.

Raisons pour glisser

Cette diapositive est expliquée par quatre éléments. Le premier, décisif, est basé sur les conditions du marché. L’ACPR confirme que les assureurs investissent l’argent de leurs clients dans des obligations peu rentables depuis plusieurs années.

Étant donné que les fonds gérés par des sociétés en euros représentent près de 80% à 85% des obligations, la conclusion est évidente. Toutefois, au fil des ans, la proportion d’obligations d’État que les assureurs ont perdue pour la plupart de vos paiements a diminué. ils représentent aujourd'hui en moyenne un petit tiers des portefeuilles de fonds en euros.

Ce qui distingue l’assureur, c’est le volume et l’âge de ces actifs en euros. Certains conservent dans leurs portefeuilles de nombreux anciens titres beaucoup plus rentables que les investissements actuels.

Nous arrivons à la deuxième raison pour laquelle la performance des fonds a chuté en euros. Un peu plus de 10% de ces titres sont produits chaque année et sont donc réinvestis au niveau actuel. En fait, la monnaie utilisée en euros est souvent un navire de plusieurs dizaines de milliards d'euros. Lors d'une forte tempête, comme aujourd'hui, ils pourront toujours utiliser les vents porteurs potentiels de demain.

Ce n'est pas tout. Troisième explication: à partir de janvier 2016, les nouvelles règles de solvabilité rendront les entreprises plus prudentes quant à la gestion de fonds en euros. Enfin, les autorités leur ont clairement montré qu’elles réduisaient considérablement leurs revenus en raison de la douleur liée à l’intervention.

Restrictions, incitations à investir dans des fonds risqués, garanties moins élevées …

Dans ce contexte, le marché fermera progressivement le robinet du fonds en euros. "C’est la fin du modèle d’assurance vie, 100% euro", Au début de 2017, Michel Labrosse, responsable de la division Epargne et épargne du groupe Macif, a parlé d'une société mutuelle d'assurance proposant des solutions simples et sécurisées.

Par conséquent, la limite supérieure pour les fonds risqués, l'unité de compte dans le jargon contractuel, est définie. Comment Premièrement, en limitant les investissements dans le fonds en euros. Par exemple, payer 20 à 40% de l'argent doit être affecté à ces subventions financières risquées. Certains assureurs fixent également des limites aux montants. Par exemple, les fonds peuvent atteindre 200 000 euros.

Deuxième pratique: les primes servent à financer les revenus des souscripteurs dissimulés sur les marchés boursiers. Exemple: dans les PTOM, le taux pour 2016 passera de 2,01% à 2,51%, avec au moins 50 000 EUR dans son contrat, dont 20% de l'unité de compte. Il en va de même pour Axa, Allianzi, Generali, Groupama, Swiss Life et autres.

Nous voyons également de plus en plus de contrats avec plusieurs fonds en euros, le plus rentable et le plus attrayant étant l’accès aux restrictions d’investissement.

Lors de la dernière salve, les entreprises examinent une à une les conditions des contrats visant à modifier la garantie du fonds en euros. Jusqu'à présent, les frais de gestion bruts ont maintenant été déduits des frais administratifs, c'est-à-dire qu'ils diminuent chaque année. Avez-vous dit une garantie de capital?

Obtenez plus de frais

Ne soyez pas dupe, l'assureur utilise ces règles pour changer. Les OPCVM sont très coûteux pour leur capital. Les unités de compte que vous trouvez dans la plupart des contrats de marché leur permettent de payer plus et sont, de l'avis de tous, une meilleure réponse pour les déposants.

De toute évidence, en partie, notamment en tant que solutions de diversification (fonds d'investissement, gestion gérée, société d'investissement immobilier civil, etc.), l'assurance vie est multiple. En outre, certaines sociétés ont déjà effectué la transition vers une collection équilibrée d'euro et de fonds à risque, tels que Swiss Life ou Le Conservateur.

Mais le roi n'est pas nu, loin de là. Il pourrait même s'habiller plus vite que nous le pensions. Il y a trois facteurs dans cette direction. Premièrement, les conditions de marché s’améliorent, les rendements obligataires augmentent légèrement. Si cela continue, l'argent sera finalement dans l'euro.

Les assureurs l'ont à pied

Une autre raison de rester optimiste est que les assureurs sont à pied. À partir de 2012, ils élargiront leur disposition en matière de participation aux bénéfices (PPB), une réserve pour marge qui devrait servir à assurer la personne assurée à l'avenir. L'année 2017 n'a pas laissé de signe de 0,70%. En règle générale, cette réserve représente 2,8% des encours selon l'ACPR.

Cependant, certains d'entre eux sont beaucoup plus élevés: 4% Cardif BNP à Paribas, 5,20% à GMF, 4,20% en PTOM, 5% en conservateur … Beaucoup ont également des bénéfices non réalisés (croissance des attentes) importants. Quel au moins le support papier dans un avenir proche.

Enfin, la dernière raison est l'incroyable diversité de ce marché. L’assurance vie est un investissement protal. Le rendement moyen de 1,80% cache en réalité 0,80% (voire moins) de 3,60%. Ainsi, dans certains contrats, les fonds en euros restent très attractifs et des frais ont également été prélevés pour les paiements modérés. Au total, le fonds reste rentable en euros, souvent plus intéressant que la brochure A. Seule l’inflation, qui a effectivement augmenté (plus de 1,5% par an), peut être signée, mais le rendement réel serait négatif. Ce n'est pas le cas pour le moment.

Laisser un commentaire