Assurance vie: honoraires, durée … notre recommandation de choisir le bon contrat – Assurance vie prêt maison

Comment choisir votre police d'assurance vie?

En signant un contrat d'assurance-vie, il faut toujours attendre des surprises, pas toujours bonnes. Normal car il est lié à une participation de longue durée. De plus, les coefficients sont placés latéralement dès le début. La première précaution consiste à définir précisément son profil de veille: qui nous sommes et ce que nous voulons.

Cela évite beaucoup d'erreurs de redirection! Il existe également d'autres critères de sélection, pour la plupart techniques (type de contrat, montant des honoraires, options administratives, etc.), mais toujours importants. Ce sont toutes des cases à cocher utiles avant de décider.

Profil d'économiseur

Il est important de définir votre propre personne avant d'investir dans vos économies. Selon la France, l'investisseur réfléchit. Difficile à nier: ils mettent en moyenne environ 15% de leurs revenus. Cependant, il ne suffit pas d’investir votre argent, votre assurance vie ou ailleurs pour définir votre profil d’investissement. Son tempérament plus ou moins courageux, ses compétences financières et informatiques, l'importance des sommes investies, sa situation familiale, son âge, les objectifs visés – la retraite, le projet immobilier … – sont les critères pour prendre en compte sa connaissance exacte du profil. Ce n’est qu’après que nous sachions bien que tout le monde peut juger du niveau de risque qu’il peut économiser, évoluant ainsi vers le fonds en euro ou dans le sens d’un support dynamique (bourse, immobilier …), ainsi que du type d’interlocuteur qu’il doit choisir ( assureur traditionnel, conseiller immobilier, courtier internet …).

>> Notre service – Expérimentez pour connaître votre profil d’investisseur et bénéficiez de conseils de placement en ligne gratuits, personnalisés et suivis

Durée de placement

Après deux ans, l'assurance-vie mérite une attention particulière, mais pas avant. L'une des questions qu'un investisseur doit se poser avant de mettre de l'argent est la durée de l'engagement qu'il est prêt à prendre: quelques mois, deux à trois ans, plus de huit ans? Si vous proposez des vacances au soleil de 15 jours ou une voiture neuve cet été, vous économiserez même à un faible taux d'intérêt (0,75% en moyenne avant impôts). L'objectif n'est pas de gagner le plus d'argent, mais de perdre.

L'assurance vie vaut deux ans à compter de maintenant. Attention toutefois au choix du soutien financier: par exemple, les stocks peuvent varier de manière significative à la hausse ou à la baisse. En cas de ralentissement majeur, il est peu probable que deux ou trois ans soient payés pour compenser la perte. Enfin, l’assurance vie est vraiment attrayante à long terme. Comme un bon vin, il s’améliorera avec le temps, grâce à un traitement fiscal spécial au bout de huit ans.

>> Lire aussi – Plafond d'assurance-vie

Fonds en euros

Les revenus gagnés sont évalués à long terme, au moins trois à cinq ans. Un bon moyen d'évaluer la qualité d'une police d'assurance-vie consiste à suivre les performances de votre fonds en euros (tous les contrats en ont au moins un). En effet, la force de la chaîne dépendant de son maillon le plus faible, la qualité du contrat dépend de l'euro, qui est forcément le moins rentable car le capital investi est sécurisé par l'assureur.

Obtenir un bon résultat avec le fonds en euros malgré un environnement financier très défavorable, existant depuis plusieurs années, prouve que le moteur est particulièrement performant. Mais attention, l'assurance-vie est un investissement à long terme. Sa performance n'est pas évaluée sur l'année, mais sur la durée, c'est-à-dire au moins trois à cinq ans. En moyenne et sans frais administratifs, leur argent en euros était de 8,1% en trois ans, de 15,4% en cinq ans et de 28,5% en huit ans.

>> Notre service – Testez votre référence en assurance vie

Assurance vie: paiements et paiements

Veillez à libérer l'argent. L'un des principaux atouts de l'assurance vie est sa flexibilité. C'est ce que beaucoup d'abonnés recherchent. Certes, certains d'entre eux ont toujours un contrat "prime unique" (un paiement unique au départ, généralement important, ne touchant plus rien) ou un contrat comportant des "versements périodiques" qui fixent un délai de refus une fois pour toutes, mais non recommandé. Mais avec l’accord «des versements gratuits», nous pouvons l’alimenter si nous le voulons et le voulons, en fonction de sa disponibilité.

Contrepartie uniquement: la participation minimale acceptée par l'assureur est chaque fois d'au moins 100 EUR et augmente dans certains contrats à 500 voire 1000 EUR. Une autre option possible est les "paiements programmés", c'est-à-dire un taux d'intérêt fixe (généralement mensuel ou trimestriel) du compte bancaire de l'assuré.

Cependant, la rigidité associée aux paiements périodiques du contrat n’a rien à voir: vous êtes libre de suspendre, de réduire ou d’augmenter votre contribution si vous le jugez nécessaire. Bien entendu, si les paiements sont gratuits, le retrait sera annulé, programmé ou non, sans formalités ou proche (lettre suffisante ou demande via Internet), les fonds arrivant habituellement sur son compte dans les quinze jours.

Bon à savoir: la date limite pour l'octroi du crédit d'impôt commence à courir à compter du premier versement effectué.

>> Lire aussi – Assurance vie: abonné, bénéficiaires … comment fonctionne votre contrat?

Niveau de coût de l'assurance vie

Les assureurs accordent souvent une réduction lorsqu'ils sont menacés d'aller ailleurs. Les assureurs ne font rien, chaque opération leur donne la possibilité de facturer. Rien n'est plus normal, mais si vous n'en faites pas trop. Ainsi, l’abonné a tout intérêt à comparer les coûts offerts par le contrat avec ceux qui sont normalement utilisés. Bien entendu, le volume des paiements trouvés sur le marché est très élevé, dépassant parfois 4,50% des offres des succursales bancaires et des assureurs.

Cependant, ce n’est pas la raison pour laquelle vous payez plus de 3% sans avoir à négocier avec certitude, ce qui est dans la plupart des cas possible pour 10 000 €. Pour les frais de gestion annuels, la moyenne en euros est de 0,70% et en unités de compte de 0,80% et pour les plus hauts de 0,90%. Aucune question suffit pour traverser cette frontière.

Frais d'arbitrage entre différents véhicules d'investissement: 0,5% par transaction est maximum. Les assureurs sont comme des concessionnaires automobiles, ils accordent une réduction lorsqu'un client potentiel menace d'aller ailleurs. Ailleurs, le monde est souvent celui des courtiers Internet (Assurancevie.com, Linxea.com, Altaprofits.com …) et de 100% des banques Internet (BforBank, Fortuneo, Monabanq …) dont les prix sont particulièrement compétitifs compte tenu du faible coût des salaires. Exemple: le fameux "taux zéro" pour les versements. Cependant, il reste à vérifier s'il s'agit d'un coût d'appel, reflétant des frais administratifs excessifs.

>> Voir aussi – L’assurance vie: un régime fiscal toujours très utile malgré la réforme

Comment choisir le bon contrat Monosupt

Pour les organisations à but non lucratif, elles représentent moins de 5% des commandes. Les contrats conclus uniquement en euros et dénommés "monosupports" ne sont plus populaires. Il existe actuellement moins de 5% d’assurance vie sous cette forme. Cela tient à deux raisons: premièrement, les déposants sont moins conscients du problème, puis les assureurs ne proposent pas davantage (seules des sociétés comme Allianz, CNP, Carac, MIF ou Mutex restent sur ce marché) car ils préfèrent orienter leurs clients vers des produits d’épargne plus diversifiés et donc plus rentables.

Cette disparition virtuelle n’est pas un problème pour les passionnés de sécurité, car ces contrats "multimédias" qui les ont remplacés, souvent avec des frais légèrement plus onéreux, mais qui utilisent les marchés boursiers et immobiliers, sont tous des fonds en euros sans risque, parfois t

>> Notre service – Testez votre référence en assurance vie

Une offre de fonds dynamique

Au moins 15 médias sont nécessaires pour diversifier leur contribution. Placer les œufs dans plusieurs paniers est une autre formulation du principe de diversité que chaque assureur-vie doit garder à l'esprit. L'argent en euros est bon, ils doivent être la base de tout contrat. Toutefois, les unités de compte secondaires, qui ne sont disponibles qu’en mode «multisupport», sont importantes pour obtenir des avantages plus vastes et ultérieurs, même à court terme lorsqu’on prend le risque.

Et même si l'assuré n'a pas initialement l'intention d'investir dans ces prestations dynamiques, qui sait s'il ne va pas intimider dans quelques années? Par conséquent, il est préférable de commander multisupport dans tous les cas. Sauver les débutants n'a pas besoin de contrats avec des centaines de fonds, seulement deux semaines, surtout s'ils sont de bonne qualité.

D'autre part, il faut plus – au moins cinquante – investisseurs avertis qui veulent jouer à fond la Diversity Card, ainsi que la localisation géographique des actifs (actions, obligations, immobilier …) (Europe, États-Unis, Japon, pays en développement …). Là encore, les assureurs en ligne se démarquent: environ 200 fonds pour les contrats Boursorama et Fortuneo, les 420 pour Linxea et même pour l’intermédiaire de fonds 900 Placement Direct. Qu'est-ce que l'accès aux plus grands leaders de la planète, tels que Fidelity, Lazard Brothers, BlackRock ou State Street …

>> Lire aussi – Assurances vie et succession: l'avantage du transfert de capital au conjoint

Options de gestion

Cependant, ils doivent être utilisés avec précaution. Un assuré qui souhaite être dispensé de certaines procédures d'arbitrage dans son multisupport peut souhaiter les automatiser. Il doit ensuite choisir un contrat – le nombre augmente chaque mois – qui offre des choix de gestion. Par exemple, il est possible de transférer les gains en capital du fonds en euros vers des unités de placement calculées en euros à un certain niveau (choix de "garantie") (gains en capital) qui gère le transfert des intérêts gagnés sur le fonds en euros avec un soutien financier offensif supérieur (option).

Il existe également un "équilibrage automatique" qui vous permet de revenir régulièrement à la répartition d'actifs initialement définie, indépendamment de l'évolution des marchés financiers. Cette option de gestion évite quelques années plus tard une économie de 70% ou inversement de 30%, par exemple une économie de 50%. Cependant, certains de ces dispositifs doivent être manipulés avec précaution, car ils sont relativement rigides (la désactivation n’est pas instantanée) et peuvent être préjudiciables si le marché boursier est annulé de manière inattendue.

Qualité de service

N'ayez pas peur de poser des questions avant de vous engager. Une partie importante de l'exécution du contrat n'est pas toujours quantifiable dans la qualité des services fournis par l'assureur, malgré la documentation fournie. Avant de signer, n'hésitez pas à poser des questions telles que la fréquence de vos relevés de compte (un an ou trimestriel), les délais de paiement et les retraits (2 ou 3 jours ou 2 à 3 semaines?) Ou la possibilité d’un arbitrage entre vos ressources informatiques.

Un service digne de ce nom est également une aide que le client apporte parfois à des moments sensibles, comme changer la clause du destinataire en cas de changement de la situation familiale (naissance d'un enfant, proche de la mort). ). Toutes ces choses doivent être clarifiées, de préférence par voie postale, afin de pouvoir contester le traitement si l'assureur s'avère être simplement un vendeur de contrats, pas un véritable partenaire.

Convention individuelle ou collective

Avantages des produits d'épargne communautaire. Les souscripteurs l'ignorent souvent, mais il existe deux types de contrats sur le marché de l'assurance-vie, le contrat individuel et le contrat collectif.

Un contrat individuel est conclu entre le souscripteur et l'assureur, ce qui permet au déposant de conserver la ligne budgétaire permettant de gérer son argent. L'assureur ne peut pas modifier les caractéristiques du contrat (par exemple, augmenter les frais administratifs) sans le consentement formel du client.

Dans le cas d'une convention collective, la personne assurée ne dépend pas directement de l'entreprise, mais de l'intermédiaire (courtier, banque ou association). Un assuré qui n’est pas un abonné peut alors demander des modifications à son contrat sans qu’il soit obligé de le faire: il ne doit en être informé que trois mois avant sa mise en œuvre.

Quel contrat choisir? Une personne semble plus en sécurité car l'assuré reste à bord. Cependant, ce dernier risque que l'assureur ne puisse pas prendre l'initiative, ce qui est intéressant (l'inclusion de fonds d'investissement), car il n'a pas le droit de le faire. En d'autres termes, le contrat est "gelé" pour le meilleur ou pour le pire. D'autre part, en raison du grand nombre de ses membres, les polices de groupe peuvent bénéficier des conditions favorables des assureurs, notamment si elles sont indépendantes et connues à l'initiative d'associations d'investisseurs de type Afer. Agipi, Gaipare ou Asac-Fapès.

La qualité des contrats entre les banques et les assureurs traditionnels laisse à désirer

Ne manquez aucun article important de Capital.fr lorsque vous commandez nos avertissements. Cliquez sur l'horloge rouge dans le coin inférieur droit de cet écran (cela fonctionne sur toutes les marques d'ordinateurs et les smartphones Android).

Laisser un commentaire