Assurance vie non sollicitée – Le compte n'existe pas toujours pour les bénéficiaires! – Nouvelles – Achat immobilier assurance prêt

De nouvelles preuves montrent que les bénéficiaires d'une police d'assurance-vie n'obtiennent pas toujours le montant total qu'ils peuvent réclamer lorsqu'ils se tournent vers une compagnie d'assurance.

Pas sûr que nous soyons complètement préparés au problème de l'assurance-vie! En effet, bon nombre des avis que nous avons reçus des bénéficiaires de l’assurance vie gérée par CNP Assurances, que nos filiales La Poste et # 39; Caisse des Dépôts & # 39;

Dans ces cas, l'indemnité versée aux personnes physiques semble être celle du responsable du client et le mode de calcul peut différer sans motif juridique évident. Disruptive, si des personnes exigent des comptes pour des garanties CNP, se voit souvent attribuer une indemnité supplémentaire de plusieurs milliers d’euros, sans savoir sur quelle base.

La commande

Il convient de noter que l'autorité de surveillance prudentielle et de résolution (ACPR), l'organisateur de la police et la compagnie d'assurance ont condamné plusieurs assureurs (Cardif, BNP Paribas et une filiale de CNP Assurances en 2014) pour leurs activités. concernant les bénéficiaires de l'assurance vie. L’autorité de surveillance a alors compris la réticence de certaines grandes entreprises à retrouver des conjoints vivant dans des contrats d’assurance vie (au cours des années qui ont suivi le décès du souscripteur). Depuis lors, les eurodéputés utilisent cette question et la loi Eckert de 2014 a clarifié les obligations des institutions financières. En fait, la nouvelle réglementation a été suivie d'une vague de régularisation.

Mais après cette commande stricte, tout ne semble pas être définitif. Même si les bénéficiaires ont été identifiés, ils peuvent ne pas recevoir tous les montants (capital + intérêts). Le 9 janvier 2015, M. Antoine O. a reçu une lettre de CNP Assurances l'informant que lui et sa sœur, dont l'assurance-vie était décédée par son père décédé en 2002. est passé entre deux dates. CNP propose de verser 12 602 € à ses frères et soeurs, soit 405 € pour ce contrat ouvert en 2000 (primes versées: 12 196 €). Donc, en 15 ans, le bénéfice moyen n'a été que de 0,2% par an! En outre, l'assureur ne fournit pas d'informations permettant aux bénéficiaires de comprendre comment l'évaluation du contrat est calculée. MO envoie ensuite une plainte au CNP. Réponse de l'entreprise: la rémunération des bénéficiaires est soudainement augmentée à 2500 euros! Une simple lettre suffit à modifier le montant de la réévaluation du contrat. Par contre, il n’ya toujours aucune trace de cette méthode et les calculs qui ont permis à ce résultat de se produire …

Milliers d'Euros

Un autre exemple, Mpour moi Monsieur B., résidant à Béziers (34), reçoit une proposition du CNP en 2015 concernant le contrat d'assurance vie de sa tante, dont il est le bénéficiaire. Le montant recommandé par l’assureur est de 59 376 EUR, ce qui est inférieur au montant des primes payées.pour moi B. et première réponse du CNO en août 2016: un soutien supplémentaire sera fourni au contractant. Ce montant est calculé sur la base du taux de l'Eonia (taux d'intérêt de la dette publique), qui s'élève à 4 800 EUR selon le CNP. M surprisepour moi B. Le calcul qui ne correspond pas à la méthode de réévaluation des contrats recommandée par le médiateur des assurances dans le rapport annuel 2014-2015. Ce dernier a bien précisé: "Après avoir examiné le bien-fondé et le bien-fondé des demandes et la confiscation des sociétés d'assurance concernées, j'ai proposé l'essentiel de la réévaluation du capital fondée sur la réévaluation qui aurait été appliquée au contrat s'il avait été en vigueur. C'est le minimum. Ainsi, la question de l'indemnisation par les bénéficiaires des fonds a également été soulevée. Il semble approprié de prévoir une indemnité supplémentaire fondée sur un élément objectif du taux d'intérêt légal simple applicable à compter du décès de la personne assurée.. Nous sommes loin du compte!

Sans se décourager, Mpour moi B. puis un intermédiaire d'assurance en 2018 confirmant son droit à réparation pour tout dommage causé par le retard. Sur la base de cette confirmation, il enverra une deuxième demande de réévaluation du capital sur la base de la réévaluation appliquée au contrat et d'une compensation pour le retard. De plus, CNP lui a donné 4 800 euros, soit 8 599 euros, pour 3 799 euros. Un montant important, mais encore loin des 35 000 € que Mpour moi B. considérant que le CNP doit réévaluer cet accord. Et tout d’abord, comme dans d’autres déclarations, nous ne trouvons pas encore de référence à la méthode utilisée pour calculer les montants dus.

Il ne fait aucun doute que ces pratiques étranges qui modulent la rémunération des bénéficiaires créeront de graves inégalités entre elles et nécessiteront des informations supplémentaires. Nous ne pouvons pas poursuivre nos enquêtes sur cette question.

Laisser un commentaire