Devez-vous économiser sur l’assurance-vie ou choisir un compte de sécurité à un tarif moins élevé? – Achat immobilier assurance prêt

La mise en œuvre d'un taux forfaitaire unique, un taux forfaitaire de 30%, devrait fondamentalement changer les habitudes des déposants. Commençons par notre réflexion collective sur l’opportunité de continuer à investir dans une police d’assurance vie à risque d’investissement si le compte de titres estune réduction des impôts pourrait être une solution plus liquide et plus rentable.

C’est le début du débat que nous vous avons proposé le lendemain de l’élection présidentielle et que va-t-on expliquer quand et quand l’accord monétaire de 2018 (cf. »Retourner le compte du titre contre Elukindlustus grâce à une fiscalité plus douce depuis 2018?").

Depuis l'application d'une taxe forfaitaire (PFU) un compte-titres est facturé au taux forfaitaire de 30%, quelle que soit la période de dépôt. Nous sommes très loin du taux d'imposition de 2017, qui peut aller de 45% à 60% pour les plus-values ​​à court terme.

Rappelons que pour les contribuables imposables dans la fourchette marginale de 0% ou 14%, le compte courant d'un compte-titres n'est pas raisonnablement confisqué en 2017 … et ce n'est plus ni moins en 2018. Le fonds monétaire donnera lieu à une nouvelle justification de la marge supérieure (30%, 41% ou 45%), mais ne changera pas pour les autres (0%, 14%) – cf »Évaluation de la vente de sociétés ou d'actions en 2018 en vue d'une augmentation des impôts? "

Le taux d’imposition 2018 des plus-values ​​d’OPCVM, d’actions ou de sociétés.

Marge d'imposition 0% 14% 30% 41% 45%

Taux d'imposition 2017 "Impôt sur le revenu" pour les options et les actions avant le 01.01.2012

Moins de 2 ans de détention (réduction de 0%) 17,20% 30,25% 45,16% 55,41% 59,14%
Détention de 2 à 8 ans (réduction de 50%) 17,20% 23,25% 30,16% 34,91% 36,64%
Plus de 8 ans de détention (réduction de 65%) 17,20% 21,15% 25,66% 28,76% 29,89%
Retraite de l’entrepreneur, gestionnaire (réduction de 85%) 17,20% 18,35% 19,66% 20,56% 20,89%

Taux d'imposition des UFP (pour les personnes imposables non imposables à partir du 01.01.1918)

2018: Taux d'imposition après soutien du ministère des Finances à la réforme et à l'abolition de la détention 17,20% 30.00% 30.00% 30.00% 30.00%

Simulation: Comment choisir une assurance vie et un compte titres?

Un dépositaire qui n'a pas d'incidence fiscale est tenté de préférer un compte pour l'assurance vie, car aucuns frais de gestion pour les OPCVM ne sont placés sur un compte-titres.

En effet, l'assurance vie se caractérise par l'accumulation de frais administratifs: les frais de gestion du contrat d'assurance vie (- + 1% du capital par an) s'ajoutent aux frais de gestion de l'OPCVM (identiques à ceux du compte de titres ou du contrat d'assurance vie).

Propriétés du compte de sécurité:

Frais de participation à un OPCVM: x%

Frais de gestion: même assurance vie

Max = 30% du gain en capital résultant de l'arbitrage. En l'absence de vente de l'OPCVM, et notamment en cas de décès, il n'est pas taxé. Les pertes en capital peuvent être déduites des gains en capital.

Succession: Succession.

Caractéristiques du contrat d'assurance vie:

Frais de participation aux OPCVM: 0%;

Frais de participation à l'assurance vie: Y%

Frais de gestion annuels: Z% (régulièrement autour de 1% par an).

Impôt = 17,20% du total des cotisations de sécurité sociale (décès ou rachat) à payer dans tous les cas de gains en capital plus les gains en capital de rachat.

Loi fiscale sur les successions: 0% à 152500 EUR par bénéficiaire, puis loi générale.

Comparaison de l'assurance sur la vie VS du compte de titres VS

Compte tenu des éléments de comparaison ci-dessus, il est facile de comparer le compte Vs de l’assurance vie. Afin de simplifier le raisonnement, nous constatons qu'un investisseur sur un compte-titres effectue une transaction de revente annuelle qui l'oblige à payer des gains en capital annuels.

Chaque année, les investisseurs en compte-titres doivent payer une taxe de 30% sur leurs gains en capital. Par conséquent, il ne peut utiliser que 70% de ses économies.

D'autre part, un investisseur en assurance vie n'a pas à payer cet impôt de 30% sur les gains en capital annuels, mais doit payer x% des frais de gestion annuels (et pas seulement des gains en capital, tels qu'un compte de titres).

Vaut-il mieux payer un gain en capital ou des frais de gestion de 30% à 30% d’impôts?

Obtenez juste un rendement moyen de 5%:

  • Compte de titres avec déduction fiscale de 3,50% (5% à 30% maximum 5% de rendement = 3,50%)
  • 4% avant les cotisations de sécurité sociale versées à la police d'assurance-vie en cas de rachat ou de décès. Reporter le paiement des cotisations de sécurité sociale n'empêche pas les paiements. Saver doit encore payer des cotisations de sécurité sociale, mais est libre d'utiliser les sommes versées. Par exemple, 17,20% paient actuellement 10,56% sur 10 ans, soit 10,56% * (1 + 5%) ^ 10 = 17,20%. Il est alors possible d'estimer le taux de revenu net de déductions sociales pour un investisseur estimé à 10 ans.

Mais veillez à ce que le rendement moyen futur de l’épargne soit un fait important. Je suggère ces mêmes calculs avec un rendement moyen de 3%. Le rendement moyen est de 3%:

  • Compte de titres sans taxe sur les investisseurs 2.10% (3% à 30% maximum 3% de rendement = 2,10%);
  • 2% avant les cotisations de sécurité sociale versées à la police d'assurance vie en cas de rachat ou de décès. Reporter le paiement des cotisations de sécurité sociale n'empêche pas les paiements. Saver doit encore payer des cotisations de sécurité sociale, mais est libre d'utiliser les sommes versées. Par exemple, 17,20% paieront 10,56% sur 10 ans car 14,99% * (1 + 3%) ^ 10 = 17,20%. Il est alors possible d’estimer le taux de revenu net des retenues sociales pour un investisseur prévu à 10 ans.

En bref, vous voyez que l’intérêt de l’assurance vie n’est pas incroyable! Toutefois, l’assurance vie permet d’économiser 20% des droits de succession jusqu’à 152500 € par bénéficiaire. Cette façon d'économiser 20% des droits de succession est le seul argument qui justifie de sauver des vies! (nécessite des droits de succession pour hériter de l'impôt …).

De plus, l'assurance vie n'excède pas 152500 € par bénéficiaire avant l'âge de 70 ans, un forfait de 20% étant dû.

Toutefois, ces économies d’impôts sur les successions doivent être prises en compte avec les économies d’impôt disponibles pour l’investisseur sur le compte-titres. Un investisseur sur un compte-titres ne dispose pas d’un montant forfaitaire unique pour payer les plus-values ​​enregistrées à son décès. Dans une situation extrême, un déposant qui met son X fonds à l'âge de 10 ans ne paiera pas ou ne vendra pas, un montant unique (PFU) de 30% pour le profit.

N'est-ce pas une manière de donner la priorité à «l'immobilier» dans l'assurance vie?

Donc: assurance-vie ou compte-titres?

Je pense qu'il est possible de mettre fin à ces points:

  • HEAD est important! (Nous n'en avons pas parlé dans l'article, mais il est clair que le PEA est plus que jamais un excellent produit pour les investissements à long terme sur les marchés des actions de la zone euro);
  • Un compte-titres est une excellente opportunité combinant liberté, réduction des frais et taxe acceptable sur les économies polyvalentes sur les économies réalisées dans la zone euro. ;
  • Un contrat d’assurance vie peut sembler intéressant, juste avant l’âge de 70 ans, d’obtenir des avantages fiscaux jusqu’à 152 500 euros par bénéficiaire, même si l’absence de plus-value liée au décès d’un investisseur dans un compte-titres limite cet intérêt;
  • L'assurance vie est essentielle pour économiser pour l'euro ou pour les fonds croissant en euros! Ceci concerne les compétences de base des sociétés d'assurance-vie;
  • Investir dans un FNB (il n'y a pas de droit d'entrée pour un compte de titres) est une hérésie de l'assurance-vie, en particulier pour les investissements périodiques d'un investisseur à long terme

Simulateur: assurance-vie ou compte-titres, comment choisir?

Laisser un commentaire