division juridictionnelle, réponse aux situations héritées du passé – Assurance prêt immobilier

L’incapacité des biens est l’une des situations de conflit les plus courantes entre les héritiers. Les sources de ces blocages sont multiples: refus direct de diviser, contester ses conditions, héritiers, héritiers ou héritiers respectueux de la loi. Le blocage peut prendre maintes et maintes fois, parfois plus de 20 ans, comme le montre ma pratique professionnelle.

Le Code civil est une solution pour sortir de ce labyrinthe maladroit: les procédures judiciaires mises à jour en 2006 sont devenues plus efficaces et ne sont plus aussi longues et coûteuses que souvent critiquées.

Quand aller au tribunal?

Une division du tribunal peut être engagée par un membre de la copropriété ou par le créancier dans deux des situations suivantes:

  • Un copropriétaire empêche un accord amiable
  • Un des copropriétaires n'accepte pas de réaliser le partage ou de réaliser le partage
  • Le juge est intervenu en raison de l'absence de partage, de l'absence de copropriétaire ou d'une double incapacité de travail

Comment procéder

La division des tribunaux commence par la convocation du tribunal géographiquement compétent pour l'ouverture du patrimoine, à l'initiative d'une ou de plusieurs personnes désirant obtenir la division judiciaire.

La tâche doit décrire la composition de l'actif à partager, spécifier les étapes prises pour réaliser un partage convivial et fournir les termes de la solution de partage proposée.

Tribunal de Grande instance

Si la détermination des droits de chaque successeur, de la valeur des lots et de leur composition est simple, le tribunal détermine la division et nomme le notaire responsable du certificat de division prouvant la propriété de chacun.

Si la cession des lots pose des problèmes, le tribunal en publiera un extrait.

Si l'affaire s'avère complexe, le tribunal nommera un notaire qui sera responsable des activités de la division sous le contrôle des juges. Le notaire est responsable de la préparation de la demande (y compris la composition des lots) pour une durée maximale d'un an. Sur la base de ce rapport, le tribunal décide comment le partager. Un mandat d'un an peut être prolongé par un juge nommé par le tribunal à la demande d'un copropriétaire ou d'un notaire indivisible.

Procédure pour le notaire

Un notaire sera nommé par le tribunal si les copropriétaires ne parviennent pas à un accord. En pratique, le tribunal nomme le président de l'ordre notarial, qui a la possibilité de déléguer.

Le notaire doit recueillir auprès des copropriétaires toutes les informations nécessaires à l'accomplissement de sa mission. Si la partie ne coopère pas, le notaire oriente le juge vers la procédure.

Ce dernier peut prendre toute mesure pour faciliter le travail des notaires, réconcilier les parties ou désigner un représentant de la partie défaillante. Si nécessaire, il peut également désigner une agence immobilière.

Le notaire établit des comptes entre les contributeurs, détermine les droits de la masse à partager et des membres indivisibles. Il partage même la composition des lots à distribuer. Il vérifie le contenu de son rapport.

Le notaire demande un accord sur les conclusions convenues. Si un tel objectif ne peut être atteint, les complices continueront à rédiger des déclarations (résumés des différends et des arguments), que le notaire joindra à sa déclaration de liquidation.

Le tribunal décidera sur la base de l'ensemble du dossier.

Jugement définitif du tribunal

Lors de l'audience, le tribunal statue sur toute contestation soulevée par les personnes touchées par ce partage.

Sur la base de son analyse, il approuve ou modifie le rapport de liquidation établi par un notaire. Le notaire établit un acte de division énonçant les droits de chaque héritier de chaque héritier.

Si la distribution des lots est difficile, un dessin peut être commandé.

Enfin, il convient de rappeler que les copropriétaires peuvent à tout moment décider de reprendre un partage amical. La procédure judiciaire, même si elle peut sembler lourde, peut changer de page et mettre fin au conflit, que l’on pensait être sans fin.

Se souvenir

Même s'ils n'ont pas initié le processus de partage, je suggère à mes clients de coopérer pleinement, ce qui est en effet le moyen le plus simple de combattre un conflit dans un cadre réglementé après des années de lutte. De plus, il faut savoir que la procédure de division judiciaire, même si elle n'est pas neutre sur le plan émotionnel, est beaucoup moins radicale que la voie de la licence. La vente aux enchères est une vente aux enchères de biens et si les héritiers ne sont pas raisonnables, les tribunaux ne l'utiliseront pas sans hésitation.

Le tribunal de grande instance de Grenoble a réservé cette mauvaise surprise aux héritiers du défunt, qui ont estimé qu'il serait bon de montrer toute l'inertie de la procédure divisionnaire engagée par un créancier. Dans le rapport, le notaire a souligné que la préparation d'un lot n'est pas possible. Le tribunal a ordonné la vente aux enchères. Perte de propriétés sèches: 30% de la valeur par rapport à la valeur marchande.

Laisser un commentaire