Jean-François Copé: "Le droit de choisir son parti pour sortir de l'alliance avec Macron-Le Pen – Assurance vie prêt maison

Comprenez-vous la démission de Valérie Pécresse?

C'est la décision que je respecte. Cette période de désintégration provoque chez beaucoup de gens la tentation de faire autre chose pour sortir de ce qui n'est plus le parti juste et central que nous connaissons. L'héritier de la famille gaulliste, libérale et européenne, est malheureusement devenu un concentré de la minorité du droit français, centré uniquement sur l'identité et la société. Cela n'a pas grand chose à voir avec UMP. Le nombre d'activistes peut être reconnu: en 2014, j'ai quitté 350 000 activistes en quittant leurs fonctions; Aujourd'hui, nous avons 40 000 à 50 000 personnes.

La LR est-elle condamnée?

Je ne suis pas sûr que la RL à un niveau d’eau aussi bas puisse s’utiliser comme une dynamique pour devenir une grande force politique, qui risque d’être alternée. C'est une question dans toutes nos têtes. Autrement dit, nous sommes très loin de quiconque ne sait pas qui est notre candidat à la présidence de la République! Ça peut finir, mais s'il vous plaît, ne nous laissez pas tomber: pour le moment, il s'agit de maçonnerie pour renforcer la fondation ébranlée, le plombier qui relie les fuites et l'électricien pour récupérer un peu d'énergie.

Qu'est-ce qui doit être changé?

Tout se résume en trois mots: ouverture, collégialité, simplicité. Ouverture, car il est extrêmement important de s’étendre à deux branches du spectre, c’est-à-dire de trouver avec eux ceux qui étaient souverains, mais surtout régaliens et ceux qui sont libéraux, sociaux et européens. Nous avons toujours été en mesure de trouver suffisamment de moteurs communs pour faire les choses ensemble. La collégialité, en tant que direction sortante, a systématiquement exclu tous ceux qui ne connaissaient pas la fidélité et avaient des conséquences catastrophiques. Simplicité parce que nous devons rendre la bonté et la gentillesse.

Mais avec des idées?

Vous devez faire de grands efforts. La Terre est complètement abandonnée. J'ai deux exemples qui me tiennent à cœur. Le premier est l'écologie. Le deuxième sujet dont nous parlons peu est l'intelligence artificielle, un sujet énorme qui structure le XXIe un siècle qui est une source d'agitation dans la vie quotidienne d'une anxiété déséquilibrée de tous les Français et même d'un gilet jaune, et qui a le droit d'être pleinement exploité. Et pendant ce temps, il y a encore des gens qui veulent supprimer le mariage de tous! Nous changeons complètement. Et surtout, nous devons sortir de cette ambiguïté.

Ça veut dire?

Pour sortir de l’alliance objective entre Macron et Le Peni, nous devons choisir notre camp. Nous, notre côté, sommes un parti gouvernemental. Les Français qui votent contre des partis extrémistes ne croient plus en rien et ne reviendront pas bientôt. La deuxième partie de l'électorat, qui a principalement voté contre Emmanuel Macron, continue d'espérer – un peu – en politique et en capacité de changer les choses. Nous sommes de cette école.

Cela signifie que si l'action proposée par Macron est bonne et cohérente avec tout ce que la loi en vigueur a fait, comme la privatisation d'ADP,
Modification de la loi sur la fonction publique

ou
réforme de l'assurance chômage

vous devez voter. Cela ne nous empêche pas de prendre très au sérieux les petits et grands retours sur ordre et la sécurité de Macron, ni la très grave dérive des finances publiques.

Vous êtes donc favorable à l’adhésion au LREM.

Bien sur. Nous devons condamner toutes les alliances avec le plus grand pouvoir si c'est avec un parti extrême. Il se peut qu’il y ait des raisons objectives à des alliances, comme en ville, avec En Marche. Que ce soit au premier ou au second tour en fonction de la situation locale, mais si c'est vrai, pourquoi ne pas le faire?

Allez-vous quitter la fête?

Personnellement, je ne le quitte pas. Par contre, je dis à mes amis
Gérard Larcher

Jean Leonetti, par l’intermédiaire des présidents de nos groupes politiques, a déclaré que s’ils ne ramènent pas beaucoup de personnes qui ont quitté le navire par déception, si nous n’élargissons pas le champ des idées, nous ne réussirons pas et nous ne laisserons pas la place entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ce qui est inévitable. si nous ne traînons pas nos manches.

Et être candidat à la direction de la LR?

Non J'ai pris le pays loin de la politique. Cependant, je suis utile si nécessaire.

Laisser un commentaire