La solvabilité 2 enfin expliquée clairement – Assurance prêt immobilier

Solvabilité 2 est un nom prudentiel pour les sociétés européennes d’assurance et de réassurance qui sera bientôt introduit.

Les compagnies d'assurance doivent adhérer aux "règles prudentielles" qui les obligent avant tout à faire face à leurs fonds propres avec les risques auxquels elles sont confrontées. Ils doivent donc aujourd'hui justifier du capital minimum, appelé marge de solvabilité. Ce capital minimum est destiné à faire face aux obligations des souscripteurs et à faire face aux risques liés à leurs activités d’assurance. Le système prudentiel actuel repose sur des réglementations établies dans les années 1970 et révisées en 2002.

S'adapter à la réglementation bancaire

La directive Solvabilité 2, adoptée en 2009, modifie radicalement la procédure. Étendre la réforme Bâle 2 Un nouveau cadre prudentiel européen pour les assureurs a donc été introduit pour le secteur bancaire et est entré en vigueur en 2008.

Au moment de la rédaction de cet article, la date d'entrée en vigueur de Solvabilité 2 reste incertaine. La directive prévoit l'entrée en vigueur le 31 octobre 2012, mais cette date semble difficile à respecter. […]

il un nouveau régime prudentiel s’applique aux organismes français d’assurance et de réassurance, à toutes les familles. Solvency 2 devrait être soumis aux sociétés d'assurance régies par le code des assurances, aux associations mutuelles régies par le code des assurances mutuelles et aux agences d'assurance réglementant le code de la sécurité sociale. La seule organisation, hormis les cas spécifiques non concernés par Solvabilité 2, est petite, à savoir des primes inférieures à 5 millions d'EUR et des allocations de 25 millions d'EUR. l'euro et ceux liés à l'accord de substitution avec une autre institution.

[…]

Les objectifs principaux de Solvency 2

Compte tenu des critiques et des lacunes concernant Solvabilité 1, le futur régime prudentiel a des objectifs ambitieux:

– renforcer l'intégration du marché européen des assurances;

– améliorer la protection des souscripteurs et des titulaires de droits;

– renforcer la compétitivité des assureurs et des réassureurs européens au niveau international;

– promouvoir une meilleure réglementation.

Sur la base de ces objectifs politiques généraux, la Commission européenne a adopté un certain nombre de principes directeurs.

Ainsi, le nouveau cadre prudentiel doit assurer un équilibre entre la protection des assurés et le coût du capital des assureurs, favorisant ainsi une approche fondée sur le profil de risque spécifique de l'entreprise d'assurance.

Elle favorise également une bonne gestion des risques et donne aux assureurs plus de liberté pour eux. En contrepartie, le dialogue prudentiel devrait être renforcé.

Enfin, l'objectif est d'harmoniser les règles et pratiques prudentielles non seulement dans l'Union européenne, mais également dans le secteur financier.

[…]

Mise à niveau complète du régime prudentiel français

L’application concrète des principaux objectifs de Solvency II, à savoir leur application aux normes applicables, modifiera fondamentalement le régime prudentiel français en vigueur.

Ce système a été construit dans les années 1970 puis révisé en 2002 en transposant les dernières directives de 2002 en droit français. Il est basé sur un triptyque simple et des assureurs connus:

– provisions adéquates;

– actifs éligibles comptabilisés au coût;

– marge de solvabilité indexée sur les créances de sinistres et non-vie et sur les provisions techniques d'assurance-vie.

Le projet prudentiel en préparation diffère du précédent d'un grand nombre de principes clés.

Il est basé sur:

– les perspectives économiques du bilan, c'est-à-dire le solde de la juste valeur, qui est très différent des principes de comptabilisation au coût historique;

– une approche fondée sur des principes plutôt que sur des règles. Par conséquent, un système de contrôle quantitatif bien connu a été abandonné;

– exigences de fonds propres plus conformes au profil de risque des entreprises;

– Renforcer les exigences de gestion pour s'assurer que les compagnies d'assurance gèrent efficacement leur gestion des risques.

– un réel contrôle des groupes, assurant une coopération renforcée entre les AES.

[…]

Le principe du capital de solvabilité est requis

Capital de solvabilité requis (ou SCR en anglais Capital de solvabilité nécessaire) est le capital économique requis par une entreprise d'assurance ou de réassurance afin de limiter la probabilité de faillite à 0,5%, soit un événement unique tous les 200 ans.

Son calcul utilise Valeur à risque ("Valeur à risque") selon la formule standard ou dans le contexte du modèle interne.

Toutes les pertes possibles doivent être évaluées au cours des 12 prochains mois, y compris les pertes dues à la réévaluation défavorable des actifs et des passifs.

Le capital de solvabilité requis correspond au profil de risque réel de l'entreprise, en tenant compte de tous les risques quantifiables ainsi que de l'effet net des techniques d'atténuation du risque.

Le capital de solvabilité requis doit être:

– calculé au moins une fois par an;

– surveiller en permanence;

– recalculé dès que le profil de risque de l'entreprise varie de manière significative.

Il est couvert par une ressource propre éligible équivalente. L'article 100 dispose: t Les États membres exigent des entreprises d'assurance et de réassurance qu'elles détiennent des fonds propres éligibles pour couvrir le capital de solvabilité requis. "

[…]

Règle de capital minimum requis

Les dispositions relatives au capital minimum requis sont traitées dans la section 5, articles 128 à 131 de la directive.

Minimum de capital requis représente un niveau d’équité en deçà duquel les intérêts des locataires seraient sérieusement menacés si la société était autorisée à continuer.

La violation de ce seuil déclenche, en dernier recours, une intervention prudentielle, à savoir le retrait de l'agrément.

Par conséquent, les entreprises doivent disposer d’un capital de base suffisant pour couvrir le minimum de capital requis.

L'article 127, qui traite du calcul et de l'étalonnage spécifiques du minimum de capital requis, établit une liste succincte de principes généraux à suivre.

Capital minimum requis:

– calculé de manière claire et simple;

– le montant des fonds propres en deçà duquel le preneur d'assurance et le bénéficiaire conservent un niveau de risque inacceptable;

– a un seuil absolu.

PRINCIPALES COMMANDES DE LA SOLVABILITÉ 1

  • Un régime prudentiel simplifié qui ne prend pas en compte la diversité des risques encourus par les compagnies d’assurance;

  • les aspects du groupe sont peu ou mal respectés;

  • une harmonisation européenne insuffisante, qui limite le développement d'un marché européen de l'assurance unique.

LE NOUVEL ENVIRONNEMENT JURIDIQUE DES ASSURANCES

– 40 polices d'assurance publiées

– 23 directives existantes

– 3 directives ne sont pas qu'une assurance

– 5 directives abrogées

– 10 directives existantes et solvabilité 2

– 13 directives abrogées intégrées à Solvency 2

Laisser un commentaire